Accueil > Actualités

Actualités

Entreprendre à Vélo : 2 velopreneurs racontent leur quotidien


03 juin 2022



En plus d’être entrepreneur, Frédérique, créateur de Sinturel Photos à Clermont-Ferrand, et Mathieu, fondateur de Gooday plombier responsable à Montpellier, ont un point commun : ils se déplacent à vélo. À l’occasion de la journée mondiale du vélo, ils expliquent leur choix et ses impacts sur le développement de leur entreprise respective.


Quelles sont les raisons qui vous incitent à utiliser le vélo dans votre quotidien de chef d'entreprise ? Est-ce avant tout un choix militant ?
 
Frédérique Sinturel : J’utilisais déjà le vélo avant d’être chef d’entreprise pour une multitude de raisons. Mon activité au niveau de la clientèle se situe surtout en zone urbaine et c’est le moyen de transport le plus rapide et dénué de tout stress.  Dans mon activité de photographe j’utilise aussi parfois des remorques de différents types lorsqu’il s’agit de photo « lourdes » et où nous devons déplacer un petit studio. Bien sûr, il y a des exceptions, pour des raisons d’encombrement, il m’arrive d’avoir besoin d’un véhicule utilitaire. Dans ces cas-là je loue à la journée en fonction du kilométrage. Idem pour des commandes éloignées.

"Je n’ai pas choisi le vélo pour des raisons militantes. Il se trouve tout simplement que c’est le meilleur choix possible me concernant, qu’il m’est agréable, bon pour mon esprit et ma santé ainsi que mon porte-monnaie d’entrepreneur."
 
Mathieu Goudet : Des raisons écologiques, oui ! Mais aussi l’aspect pratique : la simplicité du vélo couplé à la rapidité d’intervention sont deux autres facettes importantes. Le centre-ville piétonnier est déjà difficile d’accès pour les véhicules thermiques et la mise en place des ZFE (Zones à Faibles Émissions) viennent renforcer notre engagement vers ce mode de transport plus responsable.
 
C'est également très agréable de se déplacer à vélo à Montpellier, le soleil est souvent là. On s’épargne aussi l’énervement d’être bloqués dans les bouchons… Nous avons la chance de pouvoir faire appel aux services d’autres pros à vélo : les livreurs pour les ballons d’eau chaude, par exemple, des réparateurs, d’autres artisans avec des corps de métier complémentaires. Une vraie dynamique se développe !
 
Mathieu Goudet au guidon de son vélo cargo pour plombier.
Mathieu Goudet au guidon de son vélo cargo pour plombier.
 

Quels sont les éléments à considérer lorsqu'on se lance comme « vélopreneur » ?

Mathieu Goudet
 : Quand on utilise le vélo comme mode de déplacement principal comme plombier, cela nécessite une logistique différente : la caisse à l’avant permet un bon volume de stockage (¼ de m3), mais cela implique une organisation méthodique chaque matin avant de partir en intervention pour les dépannages ou les petits chantiers.
 
Le volet sécurité est également important : contrairement aux déplacements en voiture, nous sommes sans carrosserie pour nous protéger. Un bon casque, des lumières et un vélo bien entretenu sont les critères minimums à respecter.
 
Les conditions climatiques et la limite géographique intrinsèque au vélo sont aussi à considérer.

"Enfin, ne vous laissez pas déstabiliser par les personnes qui en rient et ne vous prennent pas au sérieux : les mentalités évoluent sur les vélopreneurs et généralement, le public accueille nos projets avec plaisir."

Frédéric Sinturel : J’utilise un vélo électrique fiable et de qualité afin de pouvoir transporter ce que je mettais autrefois dans ma voiture. Il est équipé de sacoches et parfois d’une remorque, un Klaxon, des éclairages et des bons pneus. 

Lorsque l’on est bien équipé toutes ces peurs que l’on a en hiver au niveau du froid ou de la pluie apparaissent bien idiotes. Privilégiez un fournisseur sérieux capable de réparer rapidement un bon système antivol. En cas de problème de vol ou mécanique, c'est toute votre activité qui est à l’arrêt.
 

Frédérique Sinturel en reportage photo

Quels impacts cette pratique a-t-elle sur votre entreprise et votre modèle économique ?

Frédérique Sinturel : Pour un investissement (vélo, vêtement, sacoches, remorques, etc.) équivalent à une petite voiture, j’économise environ 700 € par mois si je prends tout en compte. (Assurance, essence, contrôle technique, carte grise, entretien, réparation, contraventions…)
L’impact est donc à première vue financier, mais pas seulement puisqu’il est aussi important en termes de santé physique et mental et d’efficacité dans mon travail. Au niveau de l’image de marque, cela commence même à être plutôt gratifiant !

Mathieu Goudet : Fournir un service rapide, de qualité et responsable, voici notre leitmotiv. Se déplacer à vélo nous permet d’intervenir dans une zone de chalandise intéressante : l’Écusson (centre historique), et les quartiers environnants. La zone est difficile d’accès pour les véhicules motorisés. Il reste une demande non satisfaite.

Il y a plusieurs impacts à prendre en compte dans le développement de l’entreprise. Géographique d’abord, nous avons un rayon d’intervention inférieur à un plombier traditionnel en camion diesel.
 
"La limite de la taille des chantiers également. À vélo, difficile d’accepter des chantiers très importants. On privilégie les petites interventions. Il faut donc adapter son modèle économique pour s’y retrouver à la fin de la journée. Nous en réalisons plus par jour, mais avec un ticket moyen plus bas."
 
Sur le volet recrutement, cela implique d’avoir des candidats prêts à se déplacer à vélo cargo et passer une partie de la journée dessus. C’est un investissement à plusieurs milliers d’euros. Il faut équiper chaque collaborateur puis le former à l’utilisation du vélo cargo à assistance électrique. Cependant, nous avons moins de charges sur les déplacements (parking, essence, PV ou fourrière…). Le coût de l’obsolescence du vélo est moindre par rapport aux véhicules thermiques. 
 
C’est un équilibre à trouver !
 
 
Vous avez un projet d'entreprise à vélo ? Vous souhaitez vérifier sa faisabilité ?
Contactez la structure BGE la plus proche de chez vous. 


Propos recueillis par Camille Buy (BGE Sud-Ouest) et Emilie Grondin-Fleury (BGE AURA)



PARTAGER

À la une


Bpifrance et BGE lancent deux promotions pilotes de l’Accélérateur Croissance TPE à Lille et Marseille

Bpifrance renouvelle sa confiance en BGE pour tester un nouvel...

Lire la suite

BGE renforce son partenariat historique avec la banque fédérative Crédit Mutuel et l’élargit au CIC.

Le 23 juin à Strasbourg (67), BGE et le groupement bancaire coopératif...

Lire la suite