Accueil > Actualités

Actualités

Emilie conceptrice de noms d’entreprises le jour et coordinatrice Femmes de Territoires la nuit


31 mars 2022



Avec la “Fabrique du Nom” qu’elle a créée en 2019, Emilie aide les entrepreneurs à trouver leur nom d’entreprise. Elle est également coordinatrice départementale de Femmes des territoires, dont l’objectif est d’aider les femmes à se lancer dans l’entrepreneuriat. Son cheminement, trouver un nom d’entreprise, son engagement pour l’entrepreneuriat Féminin. Elle raconte.

 
En 2019, vous venez à BGE avec l’idée de créer une entreprise dans la santé et à l’issue de votre parcours, vous créez « la Fabrique du nom ». Pouvez-vous nous expliquer ce cheminement  ?  
 
Ça commence au détour d’un pique-nique entre voisins où j’ai fait la connaissance d’une personne accompagnée par BGE. En me rendant à un évènement organisé par BGE Anjou-Maine, j'ai pris attache avec un groupe d’entrepreneurs en cours de création.
 
À la fin de leur parcours, certains d’entre eux ne se sont pas lancés. Ce n’était pas tant du fait de la qualité de leur projet, mais surtout parce qu’ils n’étaient pas convaincus par le sens et l’identité à donner à leur entreprise.
  
Ayant exercé en tant que consultante en stratégie identitaire dans le domaine scientifique, je les ai donc accompagnés sans intention particulière. Les résultats étant concluants, je me suis finalement lancée dans le « Naming ».  Un domaine assez peu présent pour les indépendants et les TPE, mais très utilisé par les grandes entreprises.

Quelle est votre méthodologie pour faire ressortir l’identité d’une marque ?  
 
Quand on parle identité, on pense d’abord identité visuelle, graphique. On ne pense jamais à l’identité verbale. Pourtant, c'est celle qui est le reflet de la marque, des valeurs et des produits, et/ou services qu’elle porte.  
 
Pour la faire émerger, j’applique des méthodes scientifiques auxquelles je suis rompue étant titulaire d’une thèse de doctorat.  Je mobilise, par exemple, de la sociologie, psychologie, des neurosciences. 
Mon point de départ, c’est la personnalité du créateur : ses valeurs, histoires, parcours, déclics. Cela génère des mots-clés qui vont ensuite être traduisibles pour les cibles commerciales.

On travaille également sur le secteur d'activité et les offres. Comment on se différencie de la concurrence ? On étudie le prix, car il y a des critères socio-économiques à considérer. On élabore ensuite l’ambiance de la marque et son packaging. Le maître-mot, c’est la cohérence. 
 

Au-delà de votre activité de chef d’entreprise, vous êtes engagée dans l’association « Femmes des territoires », en quoi cela consiste ?  
 
J’ai fondé la coordination du Maine-et-Loire. L’objectif est de créer un espace convivial qui donne confiance aux femmes qui entreprennent. On propose des outils, on dirige vers les acteurs de l’entrepreneuriat présents sur le territoire pour se lancer de manière solide. On travaille par ailleurs sur des projets en commun comme l’organisation de salons. Au global, on parle de nos entreprises sans idée business, avec comme mot d’ordre l’entraide.  
 
Les associations comme Femme des territoires et les réseaux d’accompagnement donnent des coups de boost pour son projet, mais également pour créer son réseau. Que l’on soit un homme ou une femme, c’est essentiel.  



À BGE, Emilie Besson a suivi le dispositif BGE Team et a bénéficié d'un accompagnement "changer d'échelle micro."
 



PARTAGER

À la une


Les conseils de BGE pour entreprendre

Parce que bien connaitre son métier ne suffit pas pour devenir entrepreneur,

Lire la suite

Participez au concours Talents des Cités 2022 !

LE ministère de la ville et Bpifrance lancent la 21è édition du Concours...

Lire la suite