Accueil > Communauté BGE : Paroles de partenaires

Julien Denormandie

ministre auprès de la ministre de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales, chargé de la ville et du logement

« Les quartiers populaires sont riches d’acteurs associatifs qui font un travail incroyable. Les entreprises ont un rôle décisif également, tout comme l’entrepreneuriat. »

Les pires des inégalités dans notre pays, ce sont les inégalités de destin. Le lieu de naissance ne doit pas déterminer votre destin. Je refuse que des familles fassent des efforts et que des enfants travaillent à l’école pour échouer à la fin du chemin parce qu’ils auront été bloqués par des barrières qui ne dépendent pas d’eux et que seule une action collective peut lever.
 
Cette action, le gouvernement la mène. Ce que nous voulons, c’est que la réussite républicaine n’échappe à personne. Pas moins à l’enfant qui grandit avec une mère de famille célibataire dans un quartier populaire qu’à celui qui vit avec ses parents dans le centre d’une grande métropole. C’est pourquoi nous agissons pour attaquer les inégalités à la racine, au moment même où elles se forment, en soutenant la création de place de crèches ou en dédoublant les classes de CP et CE1. C’est pourquoi nous rénovons les quartiers, favorisons les stages de 3ème, investissons massivement dans la formation ou luttons contre les discriminations à l’embauche.
 
Cette action, le gouvernement ne la mène pas seul. Les élus locaux sont engagés au quotidien. Les quartiers populaires sont riches d’acteurs associatifs qui font un travail incroyable. Les entreprises ont un rôle décisif également, tout comme l’entrepreneuriat.
 
C’est là où l’action de BGE me semble particulièrement importante. En 2018, ce sont plus de 1 400 créations d’entreprises dans les quartiers populaires, et 800 de plus si on considère les rues adjacentes à un QPV. Une année riche, comme il y en eu chaque année depuis 40 ans puisque BGE fête son 40ème anniversaire.
 
Les résultats sont là et le message est clair : il faut continuer à faire tomber les barrières so­ciales, culturelles, psychologiques et financières qui empêchent la création d’activités dans les quartiers. Non pas pour que tout le monde devienne entrepreneur mais pour montrer que ce n’est interdit à personne qui le souhaiterait. Et il faut continuer l'accompagnement et la présence au plus près du terrain après la création d’entreprises.

Merci à toutes les équipes de BGE de s’y engager avec autant de détermination. Pour que la réussite républicaine soit une réalité pour tous, nous ne lâcherons rien. Je sais pouvoir compter sur vous. Vous pouvez compter sur moi.

A PROPOS DE Ministère de la cohésion des territoires