Accueil > Communauté BGE : Paroles de partenaires

Malika Bouchehioua

Présidente de l'Agefiph

« Promouvoir la création d’entreprise, c’est l’occasion pour l’Agefiph de valoriser davantage encore les parcours réussis de créateurs handicapés mais aussi de modifier le regard sur le handicap. »

 

 

  • A l’occasion de la dernière SEEPH, l’Agefiph a présenté son premier baromètre sur la perception de l’emploi des personnes handicapées. Quels en sont les principaux enseignements ?
Les entreprises sont, pour beaucoup d’entre elles, ouvertes au handicap. Elles y voient une source de créativité et de performance. Les politiques handicap permettent de mettre en place de nouvelles organisations, favorables à la qualité de vie au travail. Ainsi, si, pour les employeurs, l’insertion et l’emploi des personnes handicapées sont d’abord perçus comme une difficulté (46%), beaucoup (34%) y voient également une opportunité de s’ouvrir à d’autres profils avant d’être ressenti comme une obligation (17%)
Pour les dirigeants d’entreprise, l’embauche de personnes handicapées est toujours perçue comme une difficulté mais ils sont toujours plus nombreux à penser que c’est facile (45% en 2018 contre 25% en 2008).
Malgré les difficultés perçues pour embaucher, 87% des entreprises interrogées sont d’accord pour dire que l’emploi de personnes handicapées participe à la construction d’une société meilleure. Elles sont 61% à se déclarer prêtes à en embaucher davantage. C’est plus important pour celles qui emploient plus de 20 salariés, la part monte alors à 85%.
Pour presque un salarié sur deux (46%), le sujet du travail des personnes handicapées est ressenti comme important, en progression de 6 points entre 2015 et aujourd’hui.
Travailler avec des collègues handicapés change les perceptions : la facilité d’intégration d’une personne handicapée apparait systématiquement plus élevée pour les personnes qui l’ont expérimentée quel que soit le handicap.
Dès lors que le collectif de travail a l’expérience du travail avec des collègues handicapés, ils seront plus nombreux à considérer comme possible l’intégration d’une personne en situation de handicap. L’expérience contribue à l’ouverture d’esprit.
 
  • Parmi ses différentes actions, l’Agefiph soutient de longue date la création d’entreprise par des personnes en situation de handicap. Quelle est votre vision sur ce sujet ?
La société française est orientée sur l’entreprenariat, il est donc normal que l’Agefiph accompagne les personnes en situation d’handicap afin de réaliser leur ambition. Promouvoir la création d’entreprise, c’est l’occasion pour l’Agefiph de valoriser davantage encore les parcours réussis de créateurs handicapés mais aussi de modifier le regard sur le handicap.
D’ailleurs, les personnes handicapées se lancent facilement dans la création d’une activité. Je vous invite à consulter le site www.monemploimonhandicap.fr pour constater qu’aucun secteur d’activité n’est fermé au handicap.
Le réseau de délégations régionales de l’Agefiph, est implanté sur 21 sites et au plus près des personnes. Il soutient tous les talents pour donner réalité aux projets. L’Agefiph accompagne environ 3 500 projets chaque année, dont un grand nombre sont suivis par BGE. Nous proposons un accompagnement post-création d’entreprise pour soutenir les trois premières années d’activité. C’est important d’avoir un soutien les premières années, pour pérenniser l’activité. Et nous collaborons aussi avec la fondation « Entrepreneur de la cité », qui donne accès à l’assurance professionnelle, y compris pour les micro-entrepreneurs. Ainsi, l’Agefiph peut prendre en charge la cotisation à la « Trousse Première Assurance » pendant deux ans.
Enfin, pendant toute sa vie professionnelle, l’entrepreneur en situation de handicap, au moment de la création de son entreprise ou pas, peut bénéficier des aides de l’Agefiph pour aménager son poste de travail ou bénéficier d’un accompagnement.
 
  • Le baromètre fait ressortir que le grand public perçoit encore majoritairement la progression de salariés handicapés au sein d’une entreprise comme difficile, l’entrepreneuriat peut-il contribuer à changer cette représentation ?
Oui lorsqu’il est valorisé dans une manifestation comme Concours talents que l’Agefiph a rejoint en 2007. Ce coup de projecteur permet de montrer que handicap et entreprenariat c’est possible.
Il met aussi en valeur l’innovation dont font preuve les personnes handicapées pour créer et faire vivre leurs entreprises, mais aussi au quotidien pour s’adapter à leur environnement. Nous encourageons tous les employeurs, actuels ou futurs à en faire bénéficier leurs entreprises.
 

A PROPOS DE Agefiph